FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Connexion 
Se connecter pour vérifier ses messages privés



 Bienvenue à INFSCJ Forum 
Bienvenu, Invité! On attend votre participation au Forum                   اهلا بك Invité ننتظر مشاركتكم و تدخلاتكم    
1 er cour de chorale

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum INFSCJ Tixeraine Index du Forum -> Cours et soutiens pédagogiques destinés aux actuels stagiaires -> Cours de musique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
weckenaus
membre dynamique
membre dynamique

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2008
Messages: 189
Localisation: Alger
Masculin
Point(s): 228
Moyenne de points: 1,21

MessagePosté le: / Mer 19 Nov 2008, 11:05 pm    Sujet du message: 1 er cour de chorale Répondre en citant

               Bannir
                                   chers etudiants

voici une introduction a la polyphonie... 
 
  LA VOIX HUMAINE , cette fameuse machine !!!


La voix chez l'homme est une émission de sons par le moyen des cordes vocales qui fait vibrer l'air. C'est le choc de la glotte sur les muscles du larynx. Cette voix est caractérisée par quatre paramètres : la hauteur, la durée, l’intensité et le timbre.
La hauteur qui est la qualité d'un son plus ou moins grave ou aigu dépend du nombre de vibrations. En effet, il faut savoir qu'en matière d'acoustique un corps ne peut émettre un son que s'il vibre. Ces vibrations sont alors transmises à l'oreille par l'intermédiaire de l'air et leur fréquence peut varier entre 16 et 20000 vibrations par seconde (l'unité de fréquence est le hertz, symbole : Hz). Ainsi plus le son est aigu, plus les vibrations sont nombreuses et inversement.
La durée ou la tenue des sons dépend de la pression de l'air expiré. Nul besoin de s'étendre davantage sur ce point facilement compréhensible. 

L'intensité fait distinguer un son fort d'un son faible et est liée avec l'amplitude des vibrations. L'unité de mesure de cette intensité est le décibel (symbole: dB). Voici l'intensité de quelques sources sonores pour illustrer nos propos : un bruissement de feuilles: de 0 à 10 dB; une conversation normale: 20 à 50 dB; une discussion animée: 50 à 65 dB; le passage d'un train: 65 à 90 dB; le bruit du tonnerre: 90 à 110 dB et d'un avion à réaction au décollage: 110 à 140 dB. Un bruit devient douloureux à l'oreille à partir de 120 décibels et au dessus de 160 décibels on peut parler de sons destructeurs!

Le timbre est ce qui permet de reconnaître qu'une même note est jouée à la flûte ou au hautbois. Un bruit ou un son de hauteur non définie (comme un gong) est composé de toutes sortes de vibrations graves et aiguës. Cependant, dans le cas de la voix ou d'un instrument émettant une note musicale de hauteur définie, ces diverses vibrations sont ordonnées de manière mathématiquement harmonieuse. La vibration la plus basse est celle du son entendu et noté par le mélomane ou le musicien. Il s'y superpose, moins fortes mais d'intensités diverses selon l'instrument ou la voix, une série de vibrations deux fois, trois fois, quatre fois plus rapides (et ainsi de suite) et qu'on nomme harmoniques. Ce sont ces composantes du son, cachées (ou du moins: insoupçonnées), que notre oreille analyse comme le timbre.

A toutes ces caractéristiques de la voix humaine on peut ajouter la justesse qui est obtenue lorsque les sons émis ont exactement le nombre de vibrations correspondant normalement à la hauteur. C'est d'ailleurs par la possibilité d’apprécier la hauteur d'un son musical du fait de la régularité des vibrations qui le constituent qu'on le distingue du bruit.
Il ne faut pas croire que l'oreille humaine est capable de percevoir tous les sons. En effet les ultrasons sont trop aigus et les infrasons trop graves pour être entendus. Les sonars des bateaux émettent des ultrasons. La chauve-souris, qui est aveugle, se déplace grâce aux ultrasons qu'elle émet et qui lui reviennent en écho. On parle d'ultrasons lorsque les fréquences sont supérieures à 20000 Hz et d'infrasons lorsqu'elles sont inférieures à 15 Hz. Ainsi les sons audibles par l'oreille humaine sont ceux compris entre 15 et 20000 Hz, bien que souvent, notamment avec l'âge, certaines personnes ont une échelle sonore beaucoup plus restreinte.

Le piano a une étendue de 50 à 5000 Hz environ, le violon, de 400 à 4000. C'est l'orgue qui a la plus grande étendue de l'échelle musicale allant de 16 Hz (avec un gros tuyau de 20 mètres de long) à 16000 Hz (minuscule tuyau de 4,75 cm). A propos des capacités étonnantes du roi des instruments notons que l'orgue de l'Auditorium d'Atlantic City à New-Jersey (USA), terminé en 1930, le plus grand du monde avec 33 112 tuyaux, possède un registre d'ophicléide qui est le plus sonore du monde étant six fois plus sonore que le plus bruyant sifflet de locomotive; ce qui peut déchirer le tympan ! Ainsi, le registre des instruments orchestraux, l’orgue mis à part, va de la clochette qui peut atteindre 6300 Hz, pour les sons les plus aigus, à la clarinette octo-contrebasse qui peut descendre jusqu'à 16,4 Hz pour les sons les plus graves. Mais la voix humaine dans tout cela me direz-vous? Et bien, l'étendue de son échelle sonore couvre les fréquences de 1500 Hz (dans les aigus) à 40 Hz (pour les graves). 

Longtemps tenue pour l'instrument musical par excellence, la voix humaine émet des sons modulés pour former un chant. Celui-ci peut d'ailleurs être sans parole! De tous temps les hommes de toutes les civilisations ont chanté et continuent de chanter encore. Dans les églises la voix a été longtemps la seule autorisée et encore seulement des voix d'hommes ou d'enfants. La musique instrumentale proprement dite date du XVIIe siècle, époque où triomphaient le chant baroque et les castrats. Au XIXe siècle l'importance de la voix se fit moindre au profit des instruments de musique et de l'orchestre qui gagnèrent en puissance et surtout en importance.
De nos jours est apparue la mode des chanteurs aux voix médiocres, pour ne pas dire nulles, mais ayant du succès car considérés, à tort ou à raison, comme originaux ou expressifs ! D'ailleurs beaucoup d'entre eux feraient bien de brûler un cierge à la mémoire de David Hughes, l'inventeur du microphone ! Incontestablement le chant, en tant qu'art, est en déclin, de même que son enseignement.
Les chanteurs et chanteuses sont classés en fonction du registre (étendue) de leur voix en plusieurs catégories:

TESSITURES DE LA VOIX HUMAINE
Les solistes professionnels peuvent outrepasser ces limites moyennes. En noires: les sons un peu difficiles pour des choeurs non professionnels. Le ténor est noté ici en hauteur absolue (vraie) mais il est presque toujours écrit uniquement en clé de sol comme le soprano, puisque ces deux registres sont situés à une octave de distance.

* Soprano : La plus aiguë des voix. Le soprano est soit une voix d'enfant (on dit alors voix blanche), soit une voix de femme.

Les sopranos célèbres sont nombreuses. Citons parmi les plus connues Emma Calvé, Nellie Melba, Elisabeth Schwarzkopf, Birgit Nilson, Maria Callas, Terresa Berganza, Montserrat Caballé, Régine Crespin, Barbara Hendricks, Irène Joachim, Victoria de Los Angeles, Mady Mesplé, Jessye Normann, Jane Rhodes, Kiri Te Kanawa...


* Alto (on dit aussi contralto) : la plus grave des voix de femme. Le nom de contralto est un terme italien qui traduit le mot français " Haute-contre ". Jadis le haute-contre était la voix d'homme la plus aiguë. De nos jours c'est devenu la voix grave féminine, bien qu'il existe encore quelques hautes-contre masculins.
Le répertoire le mieux adapté pour le contralto est le lied romantique qui met bien en valeur le coté émotionnel de ce timbre de voix. Brahms en a tiré également parti dans sa célèbre Rhapsodie pour contralto. La plus connue des contraltos est sans conteste Kathleen Ferrier (1912-1953).
Quant à la voix masculine des hautes-contre (en réalité de nos jours c'est une voix de ténor spécialisé dans les notes aiguës) c'était principalement la musique sacrée anglaise et française qui utilisait ce type de voix aux XVIIe et XVIIIe siècles. Actuellement son répertoire est devenu assez rare, mais on le retrouve dans certains opéras de Rimsky-Korsakov notamment. C'est Alfred Deller (1912-1979), célèbre haute-contre anglais, qui a remis à l'honneur ce timbre de voix.

* Ténor : voix d'homme la plus élevée, après le haute-contre, appelée autrefois "Taille". C'est le type de voix qui porte le mieux. L'âge classique lui a confié le récit de l’évangéliste dans les Passions, et l'opéra romantique lui a fait incarner le héros. On distingue plusieurs types de ténor:
Le répertoire pour ténor est fort riche : Don Ottavio (Don Giovanni, Mozart), Tamino (La Flûte enchantée , Mozart), Tristan (Tristan et Isolde, Wagner), Le duc de Mantoue (Rigoletto, Verdi), Alfredo (La Traviata, Verdi), Othello (Verdi) etc... et les ténors célèbres sont nombreux : Enrico Caruso, Mario Del Monaco, Louis Devos, Placido Domingo, Helmut Krebs, Luciano Pavarotti, Tito Schipa, Peter Schreier, Michel Sénéchal, Georges Thill...

* Baryton : voix d'homme intermédiaire entre le ténor et la basse. C'est une fort belle voix puisqu'elle a le brio et la délicatesse du ténor dans l'ornement, et la puissance et la profondeur de la basse. C'est surtout à compter du XIXe siècle que cette voix s'imposa avec notamment des opéras de Verdi. Les grands rôles de baryton sont d'ailleurs de très grands rôles: Don Giovanni (Mozart), Rigoletto et Falstaff (Verdi), Figaro (Les noces de Figaro, Mozart, et le Barbier de Séville, Rossini), Iago (Otello, Verdi) pour ne citer que les plus connus. Les barytons ont parfois la possibilité d'interpréter des rôles destinés primitivement aux ténors ou aux basses.
Parmi ces voix remarquables citons celles de Dietrich Fischer-Dieskau, Tito Gobbi, Georges London, Charles Panzéra, Camille Mauranne, Gérard Souzay, José Van Dam, Feodorr Chaliapine, Philippe Huttenlocher...

* Basse : voix masculine la plus grave qui, selon sa tessiture, se divise en plusieurs types :
De grands rôles de basse ont été créés dans le répertoire lyrique : Mephisto (Faust, Gounod), Boris Godounov (Moussorgski), Philippe II (Don Carlos, Verdi), Wotan (l'Anneau du Nibelung, Wagner). D'une façon générale ce sont les pays de l'est qui ont le plus souvent brillé dans cette catégorie (voyez par exemple les Choeurs de l'Armée rouge) avec des basses telles que Nicolaï Ghiaurov, Alexandre Kipnis, Ivan Petrov et Boris Christoff, mais il existe aussi de très bonnes basses en Europe de l'ouest et notamment en France avec Jacques Mars, Paul Cabanel, Xaviez Depraz ou encore André Pernet. 

Terminons cette étude en disant quelques mots sur des chanteurs possédant un timbre de voix "autre" et qui ont exercé sur le public un grand pouvoir d'attirance et de fascination, les Castrats, qui furent très en vogue durant des siècles et plus particulièrement aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Ces voix particulièrement belles, unissant à la pureté du timbre de l'enfant la puissance du souffle de l'adulte, étaient obtenues en châtrant les garçons avant la mue, afin qu'ils conservent une tessiture vocale de soprano ou d'alto. C'est ainsi que les castrats étaient soit sopranistes, soit altistes. C'est spécialement en Italie qu'ils eurent une vogue inouïe où ils furent même employés dans la Chapelle pontificale jusque 1903. L'éducation musicale de ces chanteurs étaient particulièrement longue et difficile: pendant près de dix ans, ils étudiaient plus de dix heures par jour. Après de telles études aucune difficulté musicale ne pouvait plus les effrayer. C'est sans doute pour cela également, en plus de la fascination de cette voix particulière, qu'ils ont marqué de leur empreinte la création des opéras de leur temps, d'autant plus qu'ils étaient adulés du public. Tous les rôles principaux, en particulier ceux de Scarlatti, Haendel, Mozart et Rossini étaient écrits pour eux et sans aucun doute ils influencèrent les compositeurs. Les plus connus furent : Ferri (1610-1680), Farinelli (1705-1782), Cafarelli (1710-1783), Guadagni (1752-1792), Vellti (1781-1861) et Alexandro Moreschi (1858-l922) qui fut l'un des tout derniers castrats de la Chapelle Sixtine et dont on possède des enregistrements réalisés au début de notre siècle. Evincés par les ténors et les sopranes, les castrats disparurent au début du XIXe siècle.
                                                                            Michel Villedieu (1988)


1-C’est quoi une chorale polyphonique ? 

Dans la musique occidentale, une chorale désigne un ensemble vocal, dont les membres, appelés choristes, chantent collectivement les différentes parties musicales destinées à ce type de formation sous la direction d'un chef de chœur.
Le mot « chorale » est globalement synonyme de « chœur ». Les deux mots ont cependant des connotations différentes.
Le mot « chœur » renvoie habituellement à un ensemble constitué de choristes professionnels et rémunérés, recrutés par une institution ou un organisme officiel — « le chœur de tel théâtre », « le chœur de telle région », « les chœurs de tel opéra », etc.
Le mot « chorale » au contraire, désigne plus volontiers un groupe d'amateurs, la plupart du temps bénévoles, volontairement réunis autour de l'amour du chant choral — « la chorale d'un collège », « la chorale d'une paroisse », « la chorale du village », etc.
De façon intermédiaire, le terme « ensemble vocal » désigne un groupe plus petit et/ou avec une exigence musicale plus grande, même s'il est amateur.
Selon l'âge et le sexe des choristes, on pourra distinguer :
 la chorale d'enfants, ou chœur d'enfants ;
 la chorale d'hommes, ou chœur d'hommes, ou chœur masculin ;
 la chorale de femmes, ou chœur de femmes, ou chœur féminin ;
 la chorale mixte — hommes et femmes —, ou chœur mixte.
Les membres d'une chorale peuvent être répartis en plusieurs groupes, appelés pupitres ou voix. Ces divers groupes sont destinés à interpréter autant de parties musicales différentes.
Par exemple, une chorale mixte comprend le plus souvent quatre pupitres, deux pupitres féminins — soprano et alto — et deux pupitres masculins — ténor et basse.

.1 -L’étendue vocale de Monsieur Tout-le-monde
 

N’importe quelle voix humaine, bien travaillée, est capable de souplesse vocale. Les gens qui ne savent absolument pas chanter sont bien capables de crier à pleins poumons en cas de grosse frayeur ou en cas d’exaltation. Généralement, les cris sont aigus et puissants, ce qui montre la souplesse naturelle de la voix. Donc disons-le tout net : avec de l’entraînement, tout le monde est capable de chanter sur trois octaves (une octave, c’est l’intervalle de notes entre un « Do » et le « Do » suivant par exemple). C’est avant tout affaire de travail, de mental et de gestion de l’énergie. Bien entendu, les exceptions vocales comme Mariah Carey peuvent monter plus haut (jusqu’à quatre octaves), mais contrairement à ce qu’on lit régulièrement dans les médias, AUCUN être humain ne peut chanter au delà de cinq octaves. C’est humainement impossible. Ca va mieux en le disant. 
Cette classification permet de définir la voix de quelqu’un, afin de lui proposer les mélodies les plus adaptées. Il est donc capital de ne pas faire de diagnostic erroné sur sa propre voix ou sur celle de quelqu’un d’autre, car si vous vous acharnez à chanter des chansons qui ne vous conviennent pas, vous vous fatiguerez vite et surtout vous risquez des problèmes plus graves (nodules, irritation des cordes vocales, etc.). Généralement, cette classification ne se fait avec un professeur qu’au bout de plusieurs mois. Et là encore, il faut faire attention car une voix se modifie parallèlement aux progrès obtenus. Plus la voix se « desserre », devient détendue et posée, plus les extrêmes (grave et aigu) se développent. 
L’essentiel n’est pas de mettre une étiquette sur une voix ni de dire précisément de quelle note à quelle note une voix peut se déplacer, mais de l’amener progressivement vers l’équilibre magique « souplesse maximale / effort minimal ». 
Pour mémoire, quand un professeur vous parle de votre tessiture, il désigne les notes sur lesquelles vous chantez complètement à votre aise (une dizaine de notes tout au plus) et où vous pouvez donner votre maximum, surtout au niveau de la diction. Le timbre, en revanche, c’est la « couleur » de votre voix, sa personnalité propre, ce qui fait qu’elle ne ressemble à aucune autre et qu’on s’en souvient souvent pendant des années. 
La voix, ça n’est jamais qu’une soufflerie et un ensemble de muscles et de tendons. Si vous êtes capable de bien la travailler sur toute son étendue, non seulement vous provoquez un travail musculaire bénéfique à long terme (vous chanterez plus facilement et plus longtemps). Le secret, c’est de varier les plaisirs. Si vous travaillez uniquement vos aigus et que vous répétez vos exercices trop longtemps, la fatigue vocale se fera vite sentir et vous entendrez comme un voile sur votre voix (inutile de dire qu’il vaut mieux s’arrêter de chanter dans ces cas-là…). C’est beaucoup moins le cas pour le travail des graves, mais il n’est jamais bon de travailler sur une unique plage de notes. Prenez exemple sur ces athlètes qui courent le 100m et qui pourtant pratiquent d’autres sports (musculation, course de fond) pour développer toutes leurs capacités musculaires… 
Le mécanisme qui permet une telle souplesse vocale s’appelle le changement de registre, et il existe trois registres vocaux communs (autrement dit, trois façons de chanter): 

                         3-Les differents registres 

3.1 -La voix de poitrine
 

Vous utilisez ce registre sans le savoir : c’est le registre de la parole, on l’appelle également « mécanisme lourd ». On s’en sert pour appeler quelqu’un dans la rue, pour parler devant une assemblée, voire pour vendre du poisson au marché… On pourrait presque parler de « voix pleine ». En chant, surtout dans la variété, c’est le registre le plus utilisé, car celui qui semble le plus naturel. Le larynx reste dans sa position naturelle et les cordes vocales sont sollicitées à 100 % pour émettre les sons. Barbra Streisand, grande dame de la variété internationale, est l’exemple type d’une superbe voix de poitrine parfaitement maîtrisée. On notera que contrairement aux femmes, les hommes ont moins le choix et utilisent quasiment toujours ce registre, même si certains chanteurs récents (Pascal Obispo en tête) ont un peu changé la donne.
 
 
 
3.2 -La voix de tête 
 
C’est le registre qui sert pour le cri strident ou pour la voix de fausset chez l’homme : c’est enfin la voix du petit garçon qui n’a pas encore mué, on l’appelle aussi « mécanisme léger ». Généralement, on ne s’en sert que pour faciliter l’émission de notes très aiguës. C’est le larynx qui, en basculant en avant, permet ce changement de registre ou « passage ». Le passage entre la voix de poitrine et la voix de tête existe chez tout le monde : c’est un mécanisme qui sert à protéger à la fois la voix et l’oreille interne. 
 
 
3.3 -La voix mixte ou mixée 
 
Il existe un registre intermédiaire entre la voix de poitrine et la voix de tête : c’est la voix mixte. Sur des voix non travaillées, le passage entre ces deux modes se remarque, on a l’impression d’entendre un adolescent en train de muer avec des sautes brutales du grave à l’aigu et inversement. Chez les voix très travaillées, la voix mixte est une sorte d’illusion sonore qui empêche l’auditeur de remarquer ce fameux passage. Le mécanisme est compliqué à expliquer mais en gros, les cordes vocales effectuent un mouvement de traction suffisant pour que la partie musculaire de ces cordes rejoignent parfaitement le tendon auquel elles sont reliées. Mais ce registre est réservé aux chanteurs ayant une sacrée technique, surtout chez ceux qui ont fait du chant lyrique. On l’appelle « voix mixte » car c’est une voix de poitrine dans laquelle on entend des harmoniques très aiguës qui ressemblent à celles de la voix de tête. 
Toute cette théorie de classification des voix est intéressante pour mettre des mots sur un phénomène physiologique, mais il ne faut pas s’en contenter. L’essentiel pour un chanteur est de considérer sa voix avant tout comme un clavier (comme celui d’un piano, par exemple) et de chercher à rendre la voix homogène sur toute son étendue. Comment ? En cherchant patiemment, en fonction de chaque note de votre « clavier » vocal, les plus belles résonances possibles ; c’est une question d’habitude et nos fiches vous y aideront. 
Pour conclure, vous devez rester vous-même. Céline Dion reste Céline Dion, et il n’y en a qu’une sur Terre. Ne cherchez donc pas à être quelqu’un d’autre ou à imiter la voix de quelqu’un que vous admirez, car vous risqueriez des problèmes vocaux assez pénibles. Souvenez-vous que c’est VOTRE voix à vous que les gens veulent entendre, et parfois, c’est dans un registre inattendu que vous ferez le plus d’effet. Telle personne à la voix aiguë révèlera son côté sensuel s’il sait exploiter ses graves avec subtilité. Bref, le mimétisme vocal est formellement proscrit ! 

La tessiture est l’étendue ordinaire des notes qu’une voix peut couvrir sans difficulté. C’est aussi l’étendue moyenne dans laquelle est écrite une composition vocale.

   
  Le chant c'est respirer !

 Chez les femmes. 
Soprano : étendue : 2 octaves (ut3, ut5 = contre-ut) ; 
Contralto : voix longue (2 octaves et demie, du mi grave au si) : 


Chez les Hommes. 
Ténors.Étendue normale : 2 octaves jusqu'au contre-ut (do4), certaines voix exceptionnelles atteignent le contre-ré, parfois même le contre-mi 
Barytons (la1à la3) et basses (fa1à fa3).


                                                  Arrow Mr kaced kamel Arrow           a suivre....


 

___________________________________________________________________
اذَا لَم تُضِفْ شَيئا فِي الحَياة سَتكُون انْتَ الاِضَافَة.

http://syrianboy.net/club/uploaded/2008-up/358/1210841557.gif


Revenir en haut
MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: / Mer 19 Nov 2008, 11:05 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
kasper
membre dynamique
membre dynamique

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 157
Localisation: alger
Masculin
Point(s): 132
Moyenne de points: 0,84

MessagePosté le: / Mar 2 Déc 2008, 11:25 am    Sujet du message: 1 er cour de chorale Répondre en citant

et bien ca veut dire quand j'émis une voix c'est comme un piano , amlih
___________________________________________________________________
en dernière année à Tixeraine, je souhaite que du succès et bonheur à mes chers amis et collègues, là pour échanges culturelles et discussions, amezru@hotmail.fr


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: / Aujourd’hui à 02:52 am    Sujet du message: 1 er cour de chorale

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum INFSCJ Tixeraine Index du Forum -> Cours et soutiens pédagogiques destinés aux actuels stagiaires -> Cours de musique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2007, 2010 INFSCJ Tixeraine
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created Arar Nazih.